Article
Focus
20 décembre 2019
Les saphirs cachés du vignoble nantais
Qui a dit qu'il fallait aller loin pour trouver des pierres précieuses ?

Tout part d’une conférence le 12 novembre dernier sur une vallée birmane, riche en pierres précieuses. Mais quid de la géologie nantaise ? Notre sol régional se révèle ici, grâce aux explications d’un chercheur et à une virée aux abords de la Haye Fouassière, avec des passionné·e·s de géologie. La surprise scintille d’un éclat bleuté : il y a des saphirs en Loire-Atlantique.

Nous remercions le Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes, le Labo des Savoirs, Benjamin Rondeau, l'ANPF et M.Futeul de La Mercredière pour leur temps et toute leur aide apportée pour la rédaction de cet article.

Journalistes : Arthur Parois et Philémon Guillet

Crédits vidéos : Le Labo des Savoirs, Le Vlipp

Crédits photos : Pacôme Robert, Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes

Dans le cadre de l’exposition Retour d’Orient au Muséum d'Histoire Naturelle, nous avons assisté a une conférence sur les fabuleuses pierres précieuses de la vallée de Mogok. Cette vallée située au nord de Mandalay, en Birmanie est célèbre pour ses gemmes, ses saphirs et surtout ses rubis. En voici une courte présentation :

Mais quel est donc ce lieu où se cachent ses fabuleuses pierres précieuses?

Il faut savoir que les rubis et les saphirs sont deux appellations d'un même minéral. Ils se distinguent principalement par leurs couleurs, résultats de la présence d'autres éléments lors de leur formation.

Comme pour les rubis et les saphirs, la couleur des granits ou du gneiss peuvent varier.

                    Granit                                                     Gneiss

 

 

Sur les traces des saphirs en loire-atlantique

Cela doit sonner pour certain·e·s comme un appel au rêve lointain. Mais alors, la question est posée : avons-nous besoin de parcourir la moitié du globe pour voir, de nos propres yeux, ce genre de trésor ? À force de recherches, nous avons pris connaissance de l’existence de saphirs dans la région Sud-Loire. Mais avant ça, posons nous la question : qu’est ce qu’un saphir ?

Comment expliquer cette présence de saphir dans notre région ? Pour répondre à cette question, Benjamin Rondeau, chercheur en géologie et gemmologie a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions.

Tout d'abord, intéressons-nous à une carte, visible au Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes,  qui peut nous aider à en apprendre davantage, notamment sur la constitution actuelle du sol de la région Pays de la Loire.

Nous avons demandé à Benjamin Rondeau de nous d'analyser cette carte :

À noter que l'essentiel du sous-sol de Nantes est composé soit de roches magmatiques (granits, gabbros, …), issues de la cristallisation d'un magma, soit métamorphiques (micaschistes, gneiss, orthogneiss, amphibolites…), c'est-à-dire formées lors de grands mouvements de collision continental. 

Maintenant, concentrons-nous sur la partie Sud-Loire, celle du vignoble nantais où la présence de saphirs a été relevée, qu’y a-t-il d’intéressant?

cette zone particulière, propice à la formation de saphirs est très restreinte. Mais ces processus, qui ont lieu sous terre, ne permettent pas d'expliquer la présence de saphir à la surface du sol. Y'a-t-il d'autres phénomènes expliquant cette accessibilité ?

 

Si ces phénomènes sont très similaires à ceux étudiés dans la vallée de Mogok, la présence de saphirs à la Mercredière nous est plus compréhensible. Cependant, ce ne sont sûrement pas les mêmes. En effet, à l’heure où nous écrivons ces lignes, la région des Pays de la Loire ne se distingue pas du tout par son intérêt commercial dans l’extraction de saphirs ou de rubis. Alors que sont-ils? Petit focus sur les saphirs astériés de La Mercredière :

Pour résumer, ces saphirs possèdent étoile minérale blanche en leur centre. Mais est-ce la seule différence entre les saphirs de Mogok et ceux de La Mercredière ?

La valeur des pierres précieuses peut nous apparaître bien floue avec ces arguments, surtout pour ceux·celles qui sont parti·e·s à la recherche de ces saphirs, et ont eux·elles-mêmes trouvé ces petites gemmes “sans intérêt économique”. La valeur étant finalement subjective, celle des saphirs astériés est principalement lié à l’intérêt que les passionné·e·s leur portent.

 

le domaine de la mercredière

Mais concrètement, qu’est ce que la Mercredière? 

Nos recherches nous ont amené à entrer en contact avec des membres de l’ANPF, Association Nantaise de Pierres et Fossiles, qui nous ont beaucoup aidé dans la rédaction de cet article. À travers cette vidéo, nous vous présentons pourquoi ce lieu est unique, et comment se déroule la recherche de saphirs.

Comme vous l'aurez compris, le trésor de ces lieux réside tout autant dans sa vigne que dans son histoire. Quant à nos ami·e·s chercheur·euse·s de pierres, leur activité ressemble au final bien plus à un art de vivre qu'à une course effrénée vers le Graal, où la soif de connaissance et de découverte se mêlent au plaisir du vivre ensemble.

Voir tous les articles